VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > L’indécent enrichissement des milliardaires français pendant la (...) 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

L’indécent enrichissement des milliardaires français pendant la pandémie

22 avril, par Lolo

Vous êtes plus de 200 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plate forme alimentée plusieurs fois par semaine.

Lolo
Webmaster

La crise ? Pas pour tout le monde !

En France, plus d’un million de personnes auraient basculé dans la pauvreté à cause de la pandémie.

A l’automne 2020, le nombre de bénéficiaires à l’aide alimentaire était estimé à plus de 8 millions de personnes, alors qu’il se situe autour de 5,5 millions en temps normal.
Autre signal alarmant : le nombre d’allocataires du revenu de solidarité active (RSA) a fortement augmenté depuis le début de la crise sanitaire.

Et « en même temps », les riches toujours plus riches !
En France, les milliardaires n’ont pas connu la crise et ont même bénéficié d’une reprise exceptionnelle : ils ont ainsi gagné 175 milliards d’euros entre mars et décembre 2020 – soit l’équivalent de deux fois le budget de l’hôpital public -, dépassant leur niveau de richesse d’avant la crise.

La France compte actuellement 43 milliardaires.
Parmi eux : Bernard Arnault, PDG du groupe LVMH et grand gagnant de la crise.
Il fait partie des quatre milliardaires de la planète ayant enregistré les fortes augmentations de leur fortune depuis le début de la pandémie !

Sur l’ensemble de l’année 2020, malgré la crise, la fortune de Bernard Arnault augmente de 44 milliards d’euros soit un bond de 41%.
Après le pic de la crise, sa fortune a doublé entre mars et décembre

Pas de cadeau pour les moins aisées.

Les baisses d’impôts pour les plus riches seront aussi « payées » par les plus modestes du fait de la volonté du gouvernement de baisser les dépenses publiques pour revenir à l’équilibre budgétaire.

Pour cela il est envisagé de remettre en cause certaines politiques publiques, or, nous voyons encore plus aujourd’hui la nécessité d’investir dans les politiques publiques, que ce soit la santé, la recherche, l’éducation, la transition écologique.

Pour garantir l’équilibre budgétaire, il n’est jamais question de remettre en cause la spéculation boursière ou immobilière, ni la concentration des richesses dans des mains toujours moins nombreuses !

De plus en toute discrétion, il entend prolonger la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) (prélèvement qui devait s’éteindre en 2024) jusqu’en 2033, voire même 2042.
En effet, il a décidé de transférer l’essentiel de la « dette Covid » à la Caisse d’amortissement de la dette sociale (Cades).

Cette décision est inacceptable car la CRDS est un prélèvement régressif et inégalitaire, avec un taux unique de 0,5 %, appliqué aux revenus (notamment salariaux et sociaux) de tous les particuliers quel que soit leur niveau de revenu.

Cette décision revient à faire supporter une lourde part du remboursement de la dette sociale aux ménages les plus modestes.

Le contexte actuel est pour le moins exceptionnel.
Pour autant, le gouvernement garde plus que jamais le cap d’une politique économique libérale, avec un seul mot d’ordre : moins d’impôt, toujours moins
d’impôt.
Malgré les besoins évidents de financement des services publics, il poursuit dogmatiquement ses baisses d’impôt et notamment pour les grandes entreprises : l’impôt sur les sociétés poursuit sa baisse programmée en 2021 (coût annuel de 3,7 milliards d’euros).
De 33,33 % au début du quinquennat, le taux sera de 25 % en 2022.


Ce sont 45 milliards d’euros de baisses d’impôts en quatre ans, qui auront été décidées par le gouvernement.

Voici reproduit le début de la note d’avril 2021 d’Attac France et Oxfam France

Les dernières données publiées début avril par le magazine Forbes permettent de se faire une idée de l’évolution de la santé financière des ultra-riches depuis le début de la crise du Covid-19.

De mars 2020 à mars 2021,
la fortune des milliardaires français a augmenté
de 170 milliards d’euros, alors même qu’en 2020,
c’est 8 millions de bénéficiaire de l’aide alimentaire.

DE FAIT, CE N’EST PAS LA CRISE POUR TOUT LE MONDE

Depuis le début de la pandémie, d’inquiétantes statistiques nous alertent sur les conséquences dramatiques de la crise sanitaire sur les populations les plus fragiles.
La crise sanitaire aurait fait basculer un million de françaises et de français dans la pauvreté, selon les associations caritatives, qui s’ajoutent aux 9,3 millions de personnes vivant déjà au-dessous du seuil de pauvreté.

La situation financière des françaises et français s’est d’autant plus dégradée que le niveau de vie était faible avant le confinement : parmi les 10% de ménages les plus modestes, 35% ont perçu une dégradation de leur situation financière lors du premier confinement.

Nous avons également en tête les images d’interminables queues d’étudiants contraints de solliciter une aide alimentaire.

La dernière publication de Forbes nous apprend que les ultra-riches ont, au contraire, connu une spectaculaire augmentation de leur fortune pendant cette période de crise sanitaire.

Ainsi, entre mars 2020 et mars 2021, la fortune des milliardaires a battu tous les records :
- la fortune des 20 personnes les plus riches de la planète a augmenté de 62 % ;
- la fortune des milliardaires français a augmenté de 170 milliards d’euros, soit une hausse moyenne de 40% ;
- parmi les 38 milliardaires que la France comptait en mars 2020, seulement 4 ont vu leur fortune légèrement baisser pendant la période, alors que 34 voyaient leur fortune augmenter.
- la France compte 4 milliardaires de plus, dont le fondateur du laboratoire Moderna ;
- la fortune de Bernard Arnault (propriétaire de LVMH et 3e fortune mondiale) a presque doublé en un an, soit une hausse de 62 milliards d’euros ;
- la fortune de Françoise Meyer-Bettencourt (héritière de L’Oréal et femme la plus riche du monde) a augmenté de 20,7 milliards d’euros.

(voir tableau complet des milliardaires en fin de note)

Selon d’autres données, publiées par Bloomberg, la France détient le record d’Europe de la concentration de richesses entre les mains des milliardaires : ainsi, selon le magazine "Alternatives Économiques", si on calcule la somme par nationalité des fortunes européennes classées dans les 500 personnes les plus riches de la planète, la fortune des milliardaires français s’élève à 354,3 milliards d’euros, loin devant les milliardaires allemands (280,6 milliards d’euros) ou du Royaume-Uni (146,6 milliards d’euros)...

Lire la suite de la note, Attac France et/ou Oxfam France.