VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Dans les caisses de Sécu > Un 8 avril pour les « oubliés du SÉGUR »... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Un 8 avril pour les « oubliés du SÉGUR »...

8 avril, par Lolo

Je vous remercie de votre fidélité, vous êtes de plus en plus nombreux à suivre ou à découvrir le site "Virage Humain" au quotidien.

Lolo
Webmaster


Les fédérations Cgt des Services publics, des personnels des Organismes sociaux, de la Santé-Action sociale et du Commerce et services renouvèlent tout leur soutien à l’ensemble des professionnels du secteur.

Les salariés et agents du secteur de l’action sociale, médico-sociale, publique et privée, à domicile ou en établissements, des Services d’Aide, d’Accompagnement et de Soins à Domicile (SAAD, SSIAD…), des EHPA, des établissements des UGECAM sont percutés de plein fouet par la crise sanitaire depuis plus d’un an.

Cette pandémie a certes mis en lumière l’utilité sociale mais aussi la grande détresse de ce secteur déjà dévasté par des années d’austérité budgétaire

C’est dans ce contexte que le gouvernement s’obstine à gratifier certains professionnels… et pas d’autres !

Selon les structures, le contrat de travail, un trop gros nombre d’entre nous sont, de nouveau, laissés sur le côté !

Les organisations Cgt ont appelées ce jeudi 8 avril 2021, les personnels du secteur sanitaire, social, médico-social, du public comme du privé, associatif ou lucratif, à se mobiliser et à participer aux actions initiées par la Cgt pour exiger l’essentiel...

Mêmes métiers, mêmes rémunérations avec l’ouverture sans délais de véritables négociations pour :
- L’amélioration immédiate des rémunérations dans le cadre du statut de la fonction publique hospitalière, territoriale, des conventions collectives et branches professionnelles ;
- Le recrutement massif, immédiat et pérenne de personnels qualifiés et diplômés en nombre suffisant pour assurer la sécurité et le bien-être des résidents, des personnes accompagnées et des patients ;
- Des conditions de travail dignes dont une meilleure reconnaissance de la pénibilité, avec de vraies dispositions pour la prévenir et la réparer : développer l’accès à des formations qualifiantes en vue d’une reconversion professionnelle, permettre un départ progressif et anticipé à la retraite ;
- Des moyens de protection ainsi que du matériel et les outils nécessaires pour exercer en toute sécurité ;
- La reconnaissance sans condition en maladie professionnelle de tous les personnels atteints par la Covid-19 ;
- La prise en charge des personnes en perte d’autonomie — qu’il s’agisse de l’hospitalisation, d’aide à domicile, d’appareillage — doit relever de l’assurance maladie selon les dispositions générales.