VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > Assurance chômage... Le Président des Ultra-riches droit dans ses (...) 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Assurance chômage... Le Président des Ultra-riches droit dans ses bottes

Pour Macron : "traverser la rue c’est trouver un emploi"....

9 mars, par Lolo

Vous êtes plus de 200 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plate forme alimentée plusieurs fois par semaine.

Lolo
Webmaster


Assurance Chômage : Le Marcionisme à la manœuvre, le Président des Ultra-riches déverse des milliards pour le Patronat (2,2 millions d’entreprises ont bénéficié du fonds de solidarité pour un montant total de 14 milliards.) et continue sur sa lancé anti-sociale en s’attaquant aux plus démunis.

Malgré l’opposition unanime et unitaire des confédérations représentant les salariés et surtout malgré la crise sanitaire et l’augmentation du chômage, le gouvernement a annoncé, mardi 2 mars, les évolutions de la réforme de l’assurance-chômage.

Dès le 1er juillet 2021, Le gouvernement au service de la finance va baisser les allocations de façon très importante, notamment pour les travailleurs les plus précaires (intérimaires, saisonniers, extra hôteliers, guides conférenciers, etc.).

Le calcul du salaire journalier de référence sera modifié :
- Les bénéficiaires seront moins indemnisés, mais la durée de leurs droits sera allongée.
800 000 chômeurs verront donc une baisse de 20% sur leur indemnisation mensuelle.
- Les critères d’éligibilité seront également modifiés, passant de quatre mois de travail nécessaires sur les 28 derniers à six mois sur les 24 derniers, avec une dégressivité qui se fera donc à partir du neuvième mois et non plus du septième. (L’ouverture des droits entrera en vigueur plus tard, en fonction de l’état du marché de l’emploi sur six mois à partir du 1er avril).

Une personne ayant travaillé huit mois sur les vingt-quatre derniers mois payés au Smic, bénéficie aujourd’hui d’une allocation de 985 € pendant huit mois demain, demain l’allocation serait de 667 € versée pendant 14 mois, selon l’exemple avancé par le ministère.

En contrepartie un hypothétique bonus-malus (modulation à la hausse ou à la baisse des cotisations patronales) mise en place seulement en septembre 2022 ! Selon un indicateur « de retour à meilleure fortune », montrant une baisse du chômage.
En effet, moins elles embaucheront sur des contrats courts, moins elles paieront de cotisations sociales.

Contre vent et marré et malgré son isolement face à tous les syndicats et aux critiques – même du petit patronat, le gouvernement passe en force sa réforme dès cet été, en totale déconnexion avec la réalité des travailleuses et travailleurs précaires et/ou au chômage.
Un décret doit être publié au 1er avril.

Pourtant selon la Commission européenne, le chômage dans la zone euro augmenterait de 1,9 million en 2021, après 1,4 en 2020, portant le nombre de chômeurs à près de 16 millions, et cela malgré une reprise de la croissance estimée à 4 %.
Dans le cas de la France, les estimations convergent pour dire que 800 à 900 000 emplois ont été détruits en 2020.
En revanche, les prévisions pour 2021 ne font pas consensus : 435 000 emplois créés selon le gouvernement dans son projet de budget, mais à peu près zéro pour la Banque de France et l’OFCE.
Le taux de chômage devrait donc continuer à augmenter selon l’OFCE, pour atteindre 10,6 % à la fin de 2021.

Il serait naïf de penser qu’un éventuel redémarrage pourrait ramener à la situation d’avant-crise. Ou encore de penser que les « jours d’après » corrigeront spontanément les tares du système.

Le capitalisme reste en embuscade et prépare déjà sa riposte.
Alors même que les intérêts des actionnaires et du patronat ont été bien défendus par le Président des ultra-riches, leurs situation a été compromises et leurs objectifs sera de rétablir leurs profits.
Pour y arriver, le meilleurs moyens est de raboter la masse salariale, en rognant sur les salaires et sur l’emploi et pour le gouvernement de s’attaquer à la protection sociale (Réforme de l’APL, de l’Ass Chômage, demain des retraites...)

Et ce n’est pas un hasard, si sans attendre la fin de la cirse sanitaire, les Capitaines d’industrie s’illustrent par la mise en place de plans sociaux - Air France (7 500), Auchan (1 475), IBM (plus de 1 000), Renault (4 600), Airbus (5 000), puis dernièrement Michelin (pouvant aller jusqu’à 2 300) et Bosch (700)...- et le gouvernement Macronnien par le durcissement maintenu de l’indemnisation du chômage.

Pour la Cgt, le combat contre cette réforme continue...
Pour rétablir a minima les droits perdus,
pour obtenir un emploi,
une protection sociale pour toutes et tous.