VIRAGE HUMAIN

Accueil > Les Dossiers de VH > Les Editos > Egalité et 2ème semaine de confinement... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Egalité et 2ème semaine de confinement...

28 mars 2020, par Lolo

Vous êtes plus de 200 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plateforme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster


Lire les autres articles...

- Solidarité et 1ère semaine de confinement...ICI
- Egalité et 2ème semaine de confinement...ICI
- Fraternité et 3ème semaine de confinement...
- Liberté, 4ème semaine de confinement…ICI
- Revendiquer, 5ème semaine de confinement...ICI
- Impôts et taxes, 6ème semaine de confinement...ICI
- 1er mai 2020, 7ème semaine confiné mais déterminé...ICI
- Libéré délivré, 8ème semaine de confinement...ICI


Voilà 2 semaines que nous sommes tous confinés, et de nouveau enfermé(e)s ce Week End...
Pour lutter contre la pandémie de coronavirus, Edouard Philippe a annoncé, ce vendredi 27 mars, le prolongement du confinement pour deux semaines supplémentaires et ce jusqu’au 15 avril 2020.
Et pourtant dans ce contexte la France paye (1 995), comme ces voisins Italiens (9 134) et Espagnols (4 934) un très lourd tribut...

Soigner c’est prévenir, Gouverner c’est prévoir…
L’on vit un véritable scandale face à cette crise sanitaire, d’ailleurs un collectif de soignants a porté plainte contre le 1er ministre et l’ancienne ministre de la santé pour "mensonge d’Etat, une pétition qui a déjà recueilli 200 000 signatures est mise en ligne pour soutenir cette démarche (1)...

Une France qui manque crucialement de matériel médical, masques, blouses, tests, respirateurs et un personnel soignant déjà sous pression depuis de nombreuses années qui est complétement épuisés face à l’afflut massif de patients nous annonce des semaines sombres.

Un grand merci aux personnels soignants dans ce contexte extrêmement difficile, mais s’ils ne souhaitent pas devenir des héros, ils veulent des moyens...

Car La crise de l’hôpital ne date pas d’hier...
De l’arrivée de la T2A, cette fameuse tarification à l’activité qui favorise les actes techniques ? Ou bien est-ce lié au poids insistant de la rigueur budgétaire ? Ou bien, est-ce lorsque les patients ont commencé à déserter la médecine de ville (ou l’inverse, manque de médecins, déserts médicaux) pour se rendre directement dans les services des urgences ?

Pourtant encore des promesses...
Celles d’un Président, qui porte un masque de type FFP2 devant l’hôpital militaire de campagne de Mulhouse...
Patience le matériel pour sauver des vies va arriver, « La situation est inédite, c’est du jamais vu, le système est submergé, c’est très inquiétant ».

Que de promesses, de patiences demandées à la population confinée, aux personnes qui souffrent, qui meurent… Alors Monsieur le Président, la question c’est quand, … Demain, cette semaine, dans plusieurs semaines...
Combien de morts faudra-t’il encore pour admettre que la 6ème puissance mondiale qui octroi des milliards de dividendes aux actionnaires a renvoyé l’hôpital public à "l’âge de pierre".

La France et les français subissent de plein fouet la casse de la SECU et de l’hôpital public, mais aussi l’impréparation d’un gouvernement concentré surtout sur les réformes anti-sociales, ordonnances loi-travail, réformes de la formation professionnelle, fusion AGIRC/ARCCO, réformes des retraites par points, Loi sur l’assurance chômage, et ce, pour continuer dans la lignée de ces prédécesseurs au nom de la concurrence mondiale, à détricoter notre modèle social incompatible avec l’ARGENT ROI.

Comme l’expliquait Denis Kessler en parlant du gouvernement Sarkozy/Fillon : "Il s’agit de défaire méthodiquement le programme du CNR".

"Le modèle social français est le pur produit du Conseil National de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes.
Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie.
Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importances inégales, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme...
A y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception.
Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !"

De plus la France subit de plein fouet et malheureusement en cette période cruciale d’avoir sacrifiée son industrie.

Cela, la rend dépendante, aux autres nations dans sa capacité de production et donc cela explique le retard pour produire massivement et d’urgence des masques, des respirateurs et autres besoins nécessaires d’urgence…
La France est l’un des pays européens où l’activité industrielle est la plus faible. Le secteur industriel de la France ne représente ainsi que 11% de son activité économique, 25% en Allemagne.
En réalité, la France se place même en queue du peloton européen, en matière de production industrielle.

Alors Monsieur le Président parlons de l’URGENCE d’agir et gardez vos promesses, trop vite oubliées pour l’après crise sanitaire et comme à son habitude, la Cgt combattra toute nouvelle décision mortifère entrainant la casse de la SECU et de l’hôpital public, qui risque bien de continuer de plus belle quand vous appellerez demain dans l’unité nationale à soutenir "l’urgence économique" à venir.

Egalité… tu parles déjà 25 ordonnances :
Là, pour le coup, et pour soutenir le patronat, 345 milliards annoncé, de l’urgence il y en a surtout quand il s’agit de s’attaquer aux acquis sociaux pour réaménager le droit du travail… (Voir le communiqué Cgt ci-dessous)
Pour les salairé(e)s semaine de 60h, repos hebdomadaires revisités, RTT à la main des employeurs, mais aussi possibilité de différer ou imposer des périodes de vacances...
Et par contre, rien n’est demandé aux plus grandes fortunes qui ont vu leurs bénéfices exploser ces dernières années...
Rien pour rétablir l’ISF ou la flax tax, et annuler tous les cadeaux faits aux riches depuis le début du quinquennat afin de dégager des marges d’action pour l’État au cours des années à venir.

Pire, selon Boursorama, malgré les crises sanitaire et boursière, les entreprises européennes ont commencé à distribuer à leurs actionnaires les quelque 359 milliards d’euros de dividendes — soit 12 milliards de plus que l’an passé — , correspondant aux gains 2019.
En Europe, la France a tout particulièrement tiré son épingle du jeu avec un volume de dividendes qui a bondi de 12 % par rapport à 2018 ; les actionnaires du CAC 40 se voient actuellement répartir une enveloppe d’environ 60 milliards d’euros...


Le bilan du coronavirus ne cesse de s’alourdir au 27 mars 2020 :

l’internaute...

Mais ou est passé "Ma France" celle de Ferrat…


Déclaration confédération Cgt du 25/3

ORDONNANCES :
LE GOUVERNEMENT DÉRÉGLEMENTE À TOUT VA !

Le conseil des ministres, réuni ce jour, vient de rendre publique ses ordonnances, mettant en place des déréglementations majeures, en matière de droit du travail, en particulier sur le temps de travail, les congés, la prise des RTT ou encore le compte épargne temps.
Le gouvernement profite, ainsi, de manière scandaleuse, de la crise sanitaire pour déroger, dans certains secteurs économiques dits essentiels mais non définis, aux règles du droit du travail.
La durée quotidienne maximale de travail est portée à 12 heures, au lieu de 10 heures actuellement, celle du travail de nuit à 12 heures au lieu de 8 heures.
De même, il décide de réduire le temps de repos, entre 2 journées de travail, à 9 heures contre 11 heures minimum aujourd’hui.
Il fixe la durée maximale de travail hebdomadaire à 60 heures contre 48 heures jusqu’ici et augmente également les durées de travail hebdomadaires, dans le secteur agricole ainsi que le travail de nuit.
Il instaure l’extension du travail le dimanche et prévoit la possibilité d’user de ces régressions jusqu’à décembre 2020.

Toutes ces décisions expriment sans nul doute la volonté gouvernementale et patronale de préparer une intensification de la production économique.
Veulent-ils déjà assurer l’après crise sanitaire ?
Pire, la liste des secteurs concernés par ces déréglementations sera définie unilatéralement par le gouvernement par le biais de décrets, alors que le gouvernement refuse toujours de définir quels secteurs non essentiels doivent arrêter leur activité et mettre enfin les salariés en sécurité.
Il y a donc un vrai risque que ces régressions, en matière de droit du travail, soit étendues à de très nombreux secteurs voire à toutes les activités.
Les ordonnances actent également des reculs majeurs en matière de prise des congés payés qui pourraient être imposés jusqu’à 6 jours ouvrables, avec un délai de prévenance réduit à 1 jour franc après accord soit collectif, soit directement entre le salarié et l’employeur dans les petites entreprises.
Ces ordonnances sont, pour la CGT, inacceptables, injustifiées et représentent une remise en cause sans précédent du droit du travail.
Elles constituent bien un effet d’aubaine pour les employeurs.

L’urgence, au contraire, est de garantir la protection et la santé de tou.te.s les travailleur.euse.s, en listant l’ensemble des activités ne répondant pas à des besoins essentiels pour la population.
Ce dont ont besoin les travailleu.euse.s, c’est d’aides et non pas de nouvelles contraintes !


(1) L’article du Figaro...