VIRAGE HUMAIN

Accueil > 04 - Les Dossiers > Congrès et AG > 50ème congrès notre déléguée, nos amendements

50ème congrès notre déléguée, nos amendements

jeudi 28 février 2013, par Lolo

Amendement n°1

À l’époque de sa constitution, la Sécurité sociale était gérée majoritairement par les représentants des assurés sociaux et élus par ceux-ci. Ce principe de démocratie sociale a été contesté dès l’origine par le patronat mais aussi par les gouvernements successifs qui refusaient de voir les assurés sociaux gestionnaires de leur Sécurité sociale. La démocratie sociale exige la remise en cause du « soi-disant » paritarisme, et la fin du statut de conseiller dans les CPAM et CNAMTS, l’élection d’administrateurs. Cela, dans toutes les caisses de Sécurité sociale afin de garantir la gouvernance des caisses par les salariés.
La CGT réassure son engagement dans les instances, où ces élus, mandatés par la CGT peuvent porter haut et fort la volonté de garantir une protection sociale de haut niveau pour tous les assurés. La CGT exige, l’arrêt des régionalisations dans le recouvrement, des fusions d’organismes, des externalisations d’activité, ainsi que l’abrogation du plan Juppé concernant les LFSS (Lois de Financement de la Sécurité sociale) et l’abrogation des COG (Contrat d’Objectif et de Gestion) outils administratifs et comptables de casse de la protection sociale.

Amendement n°2

La CGT revendique le retour au droit au départ à la retraite à 60 ans pour tous les salarié-e-s avec une pension égale à 75 % du salaire BRUT sur les 10 meilleures années avec 40 années de cotisations en prenant en compte les années d’études supérieures ainsi que l’ensemble des périodes de précarité.
Aucune retraite ne devant être inférieure au SMIC. Un droit à départ anticipé à taux plein en retraite pour les salarié-e-s ayant exercé des travaux pénibles et/ou astreignants doit être reconnu dans tous les régimes. Pour la CGT, âge de départ et niveau de pension doivent demeurer les objectifs principaux assignés à notre système de retraite et non une individualisation outrancière des droits couplée à une approche principalement comptable.

Amendement n°3

La CGT revendique comme il était prévu dans l’esprit du CNR et d’Ambroise Croizat, fondateur de la Sécurité sociale d’atteindre immédiatement une prise en charge à 100% par la Sécurité sociale avec transfert des fonds alloués aux assurances complémentaires sur les cotisations assurance maladie.

Amendement n°4

La CGT affirme que le rôle de la protection sociale complémentaire doit être axé sur les questions de prévention et de l’accès aux soins pour tous, tout particulièrement pour ceux qui sont exclus d’un système de soin à plusieurs vitesses. La CGT revendique que la protection sociale complémentaire doit se centrer les réalisations sanitaires et sociales, et exige le maintien de l’activité et du personnel des centre de santé mutualistes.

Amendement n°5

Cela suppose aussi que la CGT fasse de la jeunesse un enjeu majeur pour son renouvellement. Le renouvellement des directions syndicales passe par les jeunes adhérents, pour cela nous devons les former et les inciter à prendre des responsabilités.

Lire la déclaration/contribution sur le 50ème congrès...