VIRAGE HUMAIN

Accueil > Infos Générales > Interventions > Congrès UGICT - Intervention camarade du SINECOS-CGT38 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Congrès UGICT - Intervention camarade du SINECOS-CGT38

8 mai 2011, par Lolo

Congrès UGICT
Délégation COFICT Organismes Sociaux
Intervention Lolo

La Fédération des organismes sociaux est traversée par une attaque sans précédent contre la protection sociale, avec des restructurations importantes, des diminutions conséquentes d’effectifs, le tout, sous contraintes budgétaires drastiques.

Dans nos organisations la pression de la tutelle de l’état est très forte et en lien direct avec la révision générale des politiques publiques (RGPP) versions un et deux.

Cette démarche conduit à une destruction du lien social, remplaçant le Contrat de travail en contrat commercial, impliquant un recours de plus en plus fréquent à l’externalisation et à la sous-traitance.

Ces attaques de l’intérieur contre nos institutions de protection sociale ont pour objectifs la destruction et la désorganisation du service rendu aux publics.

La recherche continuelle d’efficience dans nos organisations (fusion, restructuration, mutualisation) provoque, dans le même temps, la dégradation des conditions de travail et notamment chez les Ingénieurs Cadres et Techniciens (ICT).

Les conséquences de ces restructurations, impactent tous les salariés et plus particulièrement les ICT de l’ensemble des champs professionnels de notre Fédération, prise entre le marteau et l’enclume ; doublons d’emplois, malaise face à l’éthique professionnelle, culture du chiffre, course aux résultats.

Dans le même temps, les Ingénieurs Cadres et Techniciens subissent un tassement de leurs rémunérations et une individualisation importante.

De plus les primes et l’intéressement contribuent à l’affaiblissement des régimes sociaux.

Notamment concernant les retraites, le financement des régimes et leurs nécessaires revalorisations passent :
- par l’élargissement de l’assiette de cotisations à toutes les formes de rémunérations,
- le développement de l’emploi,
- mais aussi et surtout, l’augmentation conséquente et la revalorisation de toutes les grilles de salaires.

Le tout associé à la suppression des exonérations de cotisations afin d’assurer la pérennité du financement de la protection sociale, face à un gouvernement qui poursuit ses réformes du financement de la Sécurité Sociale et déstabilise l’équilibre financier de l’ensemble des régimes.

Ceci avec un glissement des missions de la protection sociale qui sont en contradiction avec le principe du Conseil National de la Résistance (CNR) à l’origine de la création de nos organismes.

Il est impératif d’alléger le poids des dépenses obligatoires des ménages (logement, transport, santé…) associé à une meilleure redistribution des richesses.

La protection sociale est un amortisseur de la crise et un antidote contre le capitalisme.

Enfin, c’est l’Europe toute entière qui doit se doter d’une véritable protection sociale, tirée par le haut afin que les salariés et notamment les ICT ne puissent plus être exposés au Dumping Social.

Vichy, le 31 mars 2011