VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Le 100% Sécurité Sociale > La Sécu a des ressources... Stop aux choix politiques destructeurs (...) 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

La Sécu a des ressources... Stop aux choix politiques destructeurs !

Rapport emploi 2020

11 janvier, par Lolo

Vous êtes plus de 300 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plate forme alimentée plusieurs fois par semaine.

Lolo
Webmaster


- Vous avez été 93 000 à suivre les RPN dans l’article VH 2019 : "La classification à la SECU cette fois c’est reparti" ICI...
- Plus de 231 000 à lire "Barème et grilles des salaires dans la SECU" ICI...
- 16 000 à Lire aussi "la politique salariale dans la Sécu" ICI...
- Lire le nouvel article "RPN Salaire 2020 ; A la Sécu le gel de la valeur du point est insupportable" ICI...

Et retrouvez tous les documents sur "Calaméo…"

La Sécurité sociale, protège "les travailleurs, les retraités et les familles" contre les aléas de la vie à la mort.

Les salariés de la Sécu constituent les acteurs principaux de la protection sociale.
Au cœur de la solidarité en France, ils assurent le versement de prestations monétaires à tous, développent l’accès à des services d’aides et d’accompagnement, mènent des actions de prévention pour accompagner chacun tout au long de sa vie.

La Sécurité sociale est un acteur clé de la solidarité en France.
Chaque année, plus de 475 milliards d’euros sont redistribués par le biais des différentes actions de la Sécurité sociale (remboursements de soins, financement des hôpitaux et crèches, allocations familiales, aides au logement, versement des retraites etc.).
Ses recettes représentent 1,5 fois le budget de l’Etat et échappent aux marchés financiers, chaque euro cotisé est immédiatement reversé avec des coûts de gestion très bas.

Les taux des frais de gestion des mutuelles et assurances sont aujourd’hui six fois plus élevées que ceux de la sécurité sociale, hors les employeurs rechignent à payer et refusent toutes hausses de cotisations, alors qu’ils participent allégrement à la couverture assurancielle de leurs salariés dont les cotisations ne cessent d’augmenter chaque année...
Il est impératif et primordiale de revendiquer
le 100% Sécu où la Sécu intégrale pour tous...

Selon le principe : "chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins".

S’attaquer au financement de la sécu, c’est s’attaquer à nos salaires et mettre en danger la santé des citoyens.
Depuis, STOP A LA CASSE DE LA SECU ! slogan Cgt de 2006, que dire de
l’organisation et des emplois...

Salaires bloqués ! Emplois supprimés !
Personnels méprisés ! Ça Suffit !
Un système de rémunération échelonné sur 14 mois avec un coefficient développé en point (7,24342 €uros) qui n’a augmenté que de 0,5% depuis 2010.
Une classification de 2004 ou l’employeur à mis les moyens financiers pour tourner la page d’un système de rémunération qui datait de 1992 et qui selon lui était trop généreux.
On est donc passé d’une classification ou chaque augmentation était en pourcentage du coefficient de base, a une rémunération exclusivement en point qui une fois signé par la Cfdt n’a quasiment plus évolué.
Les cadres étaient visés par ces modifications afin de les "marquer à la culotte" grâce à la carotte (individualisation des rémunérations) pour mieux accompagner les restructurations imposées (résultat : -28 268 emplois et - 232 organismes) dans la période.
L’employeur lors de la classif. de 2004 à surfé sur l’opposition des catégories, et en effet les cadres ont par conséquent été les plus touchés, oui mais voila au final c’est bien l’ensemble des salariés qui ont pâtis du tassement de rémunération.
En 2015, volonté d’un négociation avortée, suite a une enveloppe inadaptée soit 0,8% de la masse salariale.
En 2018, l’employeur ouvre à nouveau une négo afin de supprimer toutes mesures collectives qui restaient, avec cette fois une enveloppe de 1,1%, qu’elle effort...

En 2019 la Sécu c’est :
140 854 salariés principalement féminin (78,4%) répartis sur 299 organismes dans quatre branches soit :
- 58,8% Maladie ;
- 23% Famille ;
- 9,6% Recouvrement ;
- 8,6% Retraite ;

La part des employés est de 62,2% et celle des cadres de 37,8% dont le salaire brut annuel médian pour l’ensemble est de 33 403 €uros.

83 métiers répartis comme suit :

L’âge moyen est de 45,1 ans et l’ancienneté moyenne de 17,4 ans.
6 708 entrées en CDI et 7 148 départs dont seul 56% sont des départs à la retraite.

Une décroissance quasi constante des effectifs depuis bientôt 20 ans

Si indéniablement la Sécu recrute, comme on peut le constater sur le graphique si dessous, la réalité est bien plus sombre car le ministère par l’intermédiaire des COG a supprimé pas moins de 28 266 emplois depuis 2003 et fait disparaitre du paysage 232 organismes sur la même période.

Pire, les COG en cours d’exécution tablent entre 2018-2022 sur une perte d’environ 12 000 emplois, soit une accélération conséquente de diminution d’effectifs au sein de la sécurité sociale.