VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Le 100% Sécurité Sociale > Salaires, la moutonade... Macron vive la Prime... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Salaires, la moutonade... Macron vive la Prime...

22 avril, par Lolo

Vous êtes plus de 300 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plateforme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster

Vous avez dit bizarre ?... Comme c’est bizarre !

Quoi qu’il en coûte ?... Et déjà la question du trou de la Sécu, fait l’objet d’une communication gouvernementale non sans arrière pensée...

Quoi ?... La Sécu à un lien avec la qualité du système de santé Français !

Le déficit de la sécu pourrait atteindre 41 milliards, dont 4 milliards destinés à Santé publique France (achats de masques, blouses...), 3 milliards pour les hôpitaux notamment la prime promise aux soignants et plus d’un milliard pour les arrêts de travail liés au Covid-19 (garde d’enfant, personnes vulnérables)...
Sans compter, l’absence de recette par le non paiement des cotisations ou annulations a venir qui pourrait représentés 30 milliards.

Comme l’affirme la Cgt depuis des années :
LA SECU, NE SOUFFRE PAS DE TROP DE DEPENSES, MAIS D’UN MANQUE DE RECETTE

Stop aux exonérations de cotisations qui depuis des années représentent de milliards de manque a gagner.
Stop à la politique patronale et de l’Etat de modération salariale.

IL EST IMPORTANT DE SE SOUVENIR QUE CE SONT LES SALARIÉES QUI CRÉENT ET PRODUISENT LES RICHESSES DE NOTRE PAYS
IL EST DONC URGENT D’AUGMENTER LEURS SALAIRES

A LA SECU… AUGMENTER LA VALEUR DU POINT !

Alors que nous vivons une crise sanitaire sans précédent, face aux discours incohérents du gouvernement qui vacille entre « restez chez vous » et « allez travailler », sans donner aux travailleurs les instruments de protections nécessaires à leur sécurité, Macron a décidé de jouer la générosité en mettant en débat la revalorisation des salaires des personnels en 1ère ligne : les soignants, les personnels d’entretien, les caissier(e)s, les livreurs, etc.

Grand prince, il propose « avec une grande bonté » le versement d’une prime pouvant passer de 1 000€ à 2 000€, et ce sans aucune obligation pour les employeurs !

Lorsqu’il s’agit de faire travailler plus longtemps les salariés ou de s’attaquer à leurs droits notamment en prenant la main sur pour la prise de leurs congés, Macron fait des ordonnances.
Quand il s’agit de verser une prime exceptionnelle aux salariés qui effectuent une activité essentielle révélée par la crise sanitaire, Macron s’en remet au bon vouloir des employeurs.

Le gouvernement, dans cette période prendrait-il les travailleurs pour des moutons ?
- Une prime, ce n’est pas une revalorisation salariale !
- Une prime c’est un « one shot », tu la vois, tu ne la vois plus !
- Pas les uns contre les autres, les salariés de la Sécurité sociale sont tous des acteurs primordiaux !

Dans un contexte de fin de mois difficile qui perdure depuis des années, une prime qui doit être "socialisé" pourrait répondre à un besoin immédiat mais cela ne répond en rien aux besoins quotidiens de ces travailleurs qui aux yeux du gouvernement n’étaient rien avant le Covid-19 et que la crise sanitaire révèle comme les piliers de notre société.

Si le gouvernement pense qu’une prime est suffisante pour répondre aux revendications des salariés c’est qu’il n’a toujours pas compris que la situation dans laquelle se trouve notre pays est la conséquence de la politique de rigueur menée depuis de trop nombreuses années.

Les salariés de notre pays et, par conséquent, ceux des organismes de Sécurité sociale, ne font pas l’aumône !
Ils ont choisi de donner la priorité à l’humain contrairement au gouvernement qui, sous ses airs condescendants, relayé par certains employeurs y compris dans la Sécu, saisit l’occasion qui lui est offerte pour poursuivre la casse sanitaire et sociale déjà bien avancée.

Il faut revendiquer plus que jamais l’augmentation de la valeur du point car il ne s’agit pas, une nouvelle fois, par l’attribution d’une prime de berner les salariés en les opposant les uns aux autres.

Parce que face à la crise sanitaire, aucun salariés n’a choisi de se trouver dans la situation qui est la sienne, aujourd’hui, sur site, en télétravail, en garde d’enfants, en absence d’activité :

La seule réponse pour valoriser l’investissement de l’ensemble des personnels de nos organismes, ceux au « front » aujourd’hui et les autres qui le seront demain lorsqu’il faudra assumer toute la charge de travail accumulée pendant le confinement, est l’augmentation générale des salaires.

La véritable preuve de la reconnaissance des salariés doit se traduire par :

- Une classification qui met en place un réel déroulement de carrière.
- La valeur du point revalorisée à 10€.
- Une prime de rattrapage du manque à gagner depuis plus de 15 ans de 500€.


Le tract du collectif Sécu..