VIRAGE HUMAIN

Accueil > Les Dossiers de VH > Les Editos > Liberté, 4ème semaine de confinement 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Liberté, 4ème semaine de confinement

12 avril 2020, par Lolo

Vous êtes plus de 200 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plateforme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster


Lire les autres articles...

- Solidarité et 1ère semaine de confinement...ICI
- Egalité et 2ème semaine de confinement...ICI
- Fraternité et 3ème semaine de confinement...
- Liberté, 4ème semaine de confinement…ICI
- Revendiquer, 5ème semaine de confinement...ICI
- Impôts et taxes, 6ème semaine de confinement...ICI
- 1er mai 2020, 7ème semaine confiné mais déterminé...ICI
- Libéré délivré, 8ème semaine de confinement...ICI


Le coronavirus par le biais du confinement met entre parenthèses un certain nombre de valeurs qui fondent le contrat social.

En ce 28ème jour et ce Week end de Pâques dans une période prévisionnelle et calendaire des congés, bon nombre de maires s’inquiètent de voir arriver en masse des familles à la campagne, en montagne, ou à la mer, et ce en période de confinement.

L’Etat annonçait pourtant le renfort des contrôles, mais quelle hypocrisie quand dans le même temps, par ordonnance, la ministre du travail donne la main au patronat sur les congés des salarié(e)s chèrement acquis.

- Quelle hypocrisie d’un patronat par la voix du Medef criant haut et fort qu’il ne mettrait pas un sou dans cette crise, et qui après avoir fait des bénéfices records en appelle à la solidarité nationale afin de faire payer ces dettes par les ménages.
- Quelle hypocrisie de mettre sans possibilité de report des millions de salarié(e)s en congés pendant le confinement sans leur permettre de réellement se reposer dans cette période anxiogène.
- Quelle hypocrisie quand plus de 700 000 entreprises mettent 1 salarié(e) sur 3, soit plus de 8 millions en chômage partiel pour faire payer l’Etat.

Alors oui, des millions de salarié(e)s sont inoccupé(e)s et rêvent de liberté et des millions d’entre eux restent pourtant confiné(e)s.

Lors de sa première annonce le président n’évoque même pas le terme confinement alors même que comme l’indique une quarantaine c’est au minimum 45 jours de confinement qui nous attendaient, quid de l’annonce prévue demain…
Dans le même temps une gestion à la petite semaine d’une crise sanitaire et économique à bien des égards dramatiques.

Pourtant dans ce contexte nombre de nos concitoyens font montrent d’obéissance de respect et de tolérance quand il s’agit de sauver des vies, avec des familles entières endeuillées car dans cette période c’est bien nous les « sans dents » maltraités par ces gouvernements successifs qui payons un lourd tribut.

Et cela n’est malheureusement que le début quand on voit comment le gouvernement utilise le confinement pour accélérer, à la demande du Medef, la casse du droit du travail et promet pour rembourser la dette de « ces pauvres riches », des lendemains qui déchantent pour les ménages et le monde salarial.

Et que dire d’un gouvernement qui dit avoir pris rapidement la mesure du covid-19 et qui pourtant 4 semaines après le confinement navigue encore à vue, c’est inacceptable et intolérable.

C’est d’autant plus intolérable quand on sait que 75 000 personnes sont mortes en Europe à cause du coronavirus, et plus de 80% de ces personnes se trouvent en Italie (20 000), en Espagne (17 000), en France (15 000) et au Royaume-Uni qui vient de dépasser la barre des 10 000 décès…
Seuls les Etats Unis avec plus 20 000 morts, ont dans la période un bilan plus catastrophique, et quand on connait l’attitude de l’administration Trump, de leur système de santé et de couverture médicale de la population, on est en droit de s’inquiéter de cette course effrénée du libéralisme à la française à vouloir leur faire concurrence...

Si en Février Marcon avait déclaré aux Députés « Si les professionnels, ce sont ceux qu’on a virés (sic) il y a deux ans et demi, et que les amateurs c’est vous, alors soyez fiers d’être des amateurs ».

Cet amateurisme criminel affaiblit notre capacité collective à lutter efficacement contre cette pandémie, et met notre pays dans une situation sanitaire catastrophique, face à une Europe individualiste et une mondialisation où l’argent et les profits restent Roi.

Absence de dépistage systématique dans un premier temps en France, absence de masques et de moyens pour les personnels de santé et les salariés en première ligne, mensonge sur l’inutilité du port du masque pour les autres…

Monsieur le Président où sont les médicaments, où sont les tests sérologiques pour un dépistage systématique qui permettrait dans un deuxième temps à chacun d’entre nous de savoir s’il est ou non immunisé et s’il doit rester ou pas confiné, où sont les masques pour l’ensemble de la population ?…

Un bilan humain catastrophique mais nous n’attendrons pas l’heure des comptes comme vous le demander pour faire un « Bilan » à n’en pas douter à vos yeux "plutôt positif", la réponse aurait déjà due être immédiate et non médiatique, pourtant tout reste à faire alors pressons car il y a urgence à sauver des vies.

NOS VIES VALENT PLUS QUE LEURS PROFITS !!!

NON plus jamais ça, construisons ensemble le jour d’après comme l’indique la lettre ouverte de P. Martinez à Mr Macron, SIGNEZ LA PETITION ICI…

Pour rappel, ce monde nouveau que promettait Macron, c’est le monde de la finance décomplexée, de la continuité de la rigueur et de la casse de la SECU et du système de santé ...

C’est surtout la suppression de l’ISF, de la Flax-tax, l’avènement des profits records pour les actionnaires, la fierté d’avoir l’homme le plus fortuné du monde...

C’est en contre partie plus d’austérité, plus d’inégalités pour ceux actuellement en première ligne, c’est des mois de manifestations des gilets jaunes réprimées dans la violence, c’est des mois de manifestations contre la réforme des retraites et un mépris scandaleux pour les travailleurs et aujourd’hui une gestion catastrophique de la crise sanitaire…

Et demain, pour le patron du Medef et ce gouvernement au service des ultra-riches, plus de larmes et de sueur, oublier les applaudissements et les héros, place à la facture à payer, avec encore plus de rigueur, plus de destruction des conquis sociaux, travailler plus et gagner moins…

Encore une fois, il faudra aider les plus riches à passer la crise en socialisant leurs pertes, sans jamais se demander où sont passés les milliards de profits fait grâce aux exonérations de cotisations, aux aides de l’Etat et sur le dos des salariés qui produisent seuls les richesses du pays…

Et pour les "sans dents" encore plus de drames familiaux, plus de chômages, plus d’inégalités, plus de fin de mois difficiles, plus d’heures travaillées sans contrepartie, moins de congés, moins de rémunération...

Mesdames et Messieurs qui nous gouvernez et qui nous enfermez, soyez sûr de notre entière détermination à défendre un autre choix de société qui fait le choix de l’humain face à vos profits.