VIRAGE HUMAIN

Accueil > Les Dossiers de VH > Les Editos > Fraternité et 3ème semaine de confinement... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Fraternité et 3ème semaine de confinement...

4 avril 2020, par Lolo

Vous êtes plus de 200 à avoir consulté cet article et vous êtes très nombreux à y accéder chaque jour.
Merci de votre fidélité, elle contribue à favoriser l’alimentation du site.

Continuez à nous être fidèle en navigant régulièrement sur cette plateforme alimentée plusieurs fois par semaine.
Lolo Webmaster


Lire les autres articles...

- Solidarité et 1ère semaine de confinement...ICI
- Egalité et 2ème semaine de confinement...ICI
- Fraternité et 3ème semaine de confinement...
- Liberté, 4ème semaine de confinement…ICI
- Revendiquer, 5ème semaine de confinement...ICI
- Impôts et taxes, 6ème semaine de confinement...ICI
- 1er mai 2020, 7ème semaine confiné mais déterminé...ICI
- Libéré délivré, 8ème semaine de confinement...ICI


Et 1 et 2 et 3 semaines de confinement, un nouveau Week End où l’on regarde le soleil par la fenêtre.

Aussi le confinement est certainement plus facile à vivre et moins risqué dans une maison avec jardin à la campagne plutôt que dans un appartement en banlieue parisienne dans une mégapole.

Depuis le 17 mars dernier nous sommes tous confiné, ce qui a préalablement suscité un "vent de panique", avec des razzias dans les hypermarchés et supermarchés, et certains ont même décidé de quitter leur domicile pour partir « à la campagne ».

Comme par exemple la fuite de plus de 17% des habitants du Grand Paris qui entre le 13 et le 20 mars, selon Orange, ont décidé de rejoindre la province, « l’exode » a bien eu lieu avec plus d’1,2 millions de Franciliens qui ont quitté la région parisienne.

Comment leur donner tort, quand on sait que la région Ile de française est la plus dense et la plus peuplée d’Europe, avec 19 % de la population française, il était évident de voir l’épicentre de l’épidémie et la saturation des services de santé en région Parisienne entrainant ainsi le paiement d’un lourd tribut humain à la maladie.

De toute façon la crise du coronavirus comme toutes les crises montre de façon accrue les inégalités sociales issues des années de politiques libérale.

Face à ceux qui sont allés se réfugier dans leurs maisons de campagne loin des mégapoles, ceux confiné télétravailleur (1), ceux qui depuis le début vont travailler sans protection, ceux agglutinés dans les barres d’immeuble en banlieue et ceux hier précarisés…

Et oui dans cette mondialisation absolue des uns contre les autres et du chacun pour soi, l’individualisation fait loi.
Ou passer du "JE au NOUS" n’est pas chose aisée...

Alors que nous sommes des millions de citoyens qui leurs disons merci !!!
Des actes heureusement isolés ce font jour, une infirmière anesthésiste du CHU de Montpellier a dû déménager, poussée à partir par ses propriétaires qui lui avait coupé l’eau et le chauffage et qui vivaient au-dessus de son logement et même si le ministre du logement a dénoncé un acte abject, et que le procureur de la République de Montpellier a ouvert une enquête préliminaire, d’autres personnels de santé dans des immeubles vivent des calvaires (message sur la porte d’entrée, sur le parebrise de voiture, "Pas de ça chez nous"…).

Quand certain, dès le début leurs ont cousu des masques en tissu pour les protéger en période de pénurie.

D’autre comme dans le 16ème arrondissement de Paris ou la police a découvert 23 060 masques FFP2 et chirurgicaux dans une camionnette, qu’une personne écoulait contre paiement, dans le même temps deux autres découvertes similaires ont eu lieu ces derniers jours dans la capitale, l’une dans une épicerie bio de Belleville, où la police a trouvé 15 000 masques, l’autre dans une agence de voyage du 13e arrondissement, en possession de 20 000 masques, mais c’est dans un entrepôt de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) que la police a saisi le plus gros stock 32 500 masques.

Pendant la pénurie, le gouvernement n’a cessé de répéter durant des semaines que les masques n’avaient aucune utilité pour les individus non-porteurs de la maladie lire l’article VH ici...
Or l’Académie de médecine a estimé ce vendredi que porter un masque « grand public » ou « alternatif » aux masques médicaux devrait être rendu obligatoire pour les sorties pendant la période de confinement et lors de sa levée.

Décidément le monde a beaucoup changé en 75 ans car l’Amérique de Trump n’est pas celle de Franklin Delano Roosevelt et donc la chanson « Si les ricains n’étaient pas là… » a aujourd’hui un goût amer à coût de dollars…

L’épisode en dit long sur la ruée vers les masques qui occupe ces jours-ci les grandes puissances.
Et sur les pratiques agressives de ces dernières.
Il a été rapporté notamment par le président de la région Grand Est, Jean Rottner qui regrette le comportement des Américains qui font de la surenchère pour acheter les masques commandés par la France en Chine avec un paiement en cash et trois ou quatre fois le prix initial.
Des masques commandés par la France sont rachetés par les Américains sur le tarmac des aéroports chinois.

Et encore les ricains, "Trump est en train de jouer sa réélection, les Américains sont en train de faire la razzia sur toutes les drogues au niveau mondial », alors que certains hôpitaux français ne tiennent qu’avec trois jours de stocks de médicaments, notamment d’anesthésiques cruciaux pour traiter les patients en réanimation, les USA seraient en train de mettre la main dessus à coups de milliards de dollars selon Patrick Pelloux.

Alors que dans le même temps, une équipe de cinquante travailleurs de la santé cubains a été dépêchée en Italie et Espagne pour participer à la lutte contre le coronavirus.
Cela fait près de soixante ans que l’île des Caraïbes envoie du personnel médical aux quatre coins du monde. « Cuba ne donne pas ses surplus, mais partage ce qu’il a », explique Norma Goicochea, l’ambassadrice de Cuba en Belgique

Et la Russie après avoir envoyé neuf avions de transport militaires, le ministère de la Défense a dépêché un dixième Il-76 de l’aérodrome de Chkalovsky à destination de l’Italie avec des médecins militaires russes et de l’équipement pour aider dans la lutte contre le coronavirus.
De plus la Russie a envoyé ce mercredi un autre appareil qui a atterri dans l’après-midi à New York chargé d’aide humanitaire aux Etats-Unis, annonçant vouloir aider le gouvernement américain à faire face à l’épidémie de coronavirus qui a fait de très nombreux mort dans le pays.

Enfin, afin de ralentir la propagation de la pandémie de coronavirus, le président russe Vladimir Poutine n’y va pas par quatre chemins.
Il a annoncé que le mois d’avril serait chômé en Russie, mais avec maintien des salaires !
"J’ai décidé de prolonger le régime de jours chômés jusqu’au 30 avril inclus", a-t-il déclaré lors d’un discours télévisé, ajoutant que cette mesure, en vigueur depuis le 28 mars, "a permis de gagner du temps".
Les régions russes pourront choisir quelles entreprises seront néanmoins autorisées à travailler, et quel mode de confinement elles imposent à leur population.

Le Portugal, a régularisé ses sans-papiers pour les protéger de l’épidémie et l’Espagne a interdit les licenciements. Tout est toujours une question de choix politiques.

Pour Trump, c’est un non ferme et définitif.
Non, l’Obamacare ne sera pas réactivée aux Etats-Unis, t’elle est la réponse apportée par l’administration Trump aux Américains ne bénéficiant d’aucune protection sociale, et notamment ceux qui ont été licenciés suite au Covid-19 et alors que 28 millions d’Américains sont sans sécurité sociale.

Suite au confinement c’est plus 3,3 millions de chômeurs supplémentaires en une semaine (1) : du jamais vu aux Etats-Unis et selon le cabinet Amherst, 26% des ménages vivant en location aux Etats-Unis avec des conséquences sociales une fois encore dramatique.

Tel ce couple, qui ont perdu leurs travail le 14 mars pour l’un et le 16 mars pour l’autre licencié sans indemnités à cause des mesures de confinement liées à la pandémie qui font tourner au ralenti l’économie américaine.
En ce mois d’avril, comme des millions d’Américains, de toutes classes sociales, ayant vu leurs vies chamboulées soudainement par la crise sanitaire, ils doivent pourtant continuer à payer de nombreuses factures.

Jamais la France et l’ensemble de la population mondiale n’a et n’aura autant besoin d’une SECURITE SOCIALE, de solidarité et d’une protection sociale face à la crise sanitaire et à la crise économique qui va suivre et d’une protection générale et humaine à la hauteur de l’enjeux.