VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > De la pénurie de masques, a un scandale d’Etat... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

De la pénurie de masques, a un scandale d’Etat...

1er avril, par Lolo

"Priorité à l’Humain... Stop à l’argent roi…"

Selon George Gao, le directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, dans un entretien à la revue américaine « Science » ne pas porter de masque pour se protéger du coronavirus est une « grande erreur », des pays occidentaux affirme ce scientifique.

- Premièrement la distanciation sociale est la stratégie fondamentale dans le contrôle de toutes les maladies infectieuses, et plus encore des infections respiratoires.
- Deuxièmement, il faut faire en sorte d’isoler tous les malades.
- Troisièmement, placer en quarantaine les cas contacts : nous avons consacré beaucoup de temps à leur identification et à leur isolement.
- Quatrièmement, interdire tous les rassemblements.
- Cinquièmement, restreindre les déplacements, d’où l’instauration de la quarantaine, ou « cordon sanitaire ».

"La grande erreur aux Etats-Unis et en Europe est, à mon avis, que la population ne porte pas de masque.
Ce virus se transmet par les gouttelettes respiratoires, de personne à personne. avec un masque, on peut empêcher les gouttelettes porteuses du virus de s’échapper et d’infecter les autres
Un usage intensif des thermomètres à l’entrée des commerces, des immeubles et dans les stations des transports en commun".(1)

Face à ce qu’y est déjà ou va devenir un véritable scandale sanitaire, lié à la pénurie des masques, respirateurs, médicaments ou tous autres matériels indispensables…
Cela devient du coup, un mensonge d’Etat « ne vous inquiétez pas, pas besoin de masques pour sortir et travailler, mensonge… ».

Et pendant ce temps la valse macabre continue tous les soirs avec son lot morbide de chiffrage plus 12.000 morts en Italie, près de 9.000 en Espagne et plus de 3.500 en France…
Après le gel hydroalcoolique, les masques et les tests de dépistage, la France doit faire face au manque de respirateurs artificiels pour équiper les lits de réanimation supplémentaires qui sont installés dans les hôpitaux.

"La France ne compte qu’un fabricant de respirateur artificiel : Air Liquide. Le numéro deux mondial des gaz industriels possède une usine à Antony (Hauts-de-Seine), qui fabrique des gros appareils et une autre à Pau, après le rachat en 2018 d’une PME, Eove, spécialisée dans la réalisation de ventilateurs portables pour les patients souffrant d’insuffisances respiratoires chroniques".(2)

Pourtant une seule préoccupation et une seule priorité dans la période, protéger les salariés en première ligne, et plus largement la population toute entière.
Produire et mobiliser toutes les forces vives pour les activités prioritaires et pour agir et sauver des vies, OUI et encore OUI, mais pas au détriment de la santé de ceux qui sont en première ligne, protégeons les, protégeons nous...

Monsieur le Président, dans ce contexte, ce n’est pas d’une "prime de la mort" pour ceux qui risquent leur vie, que les salariés ont besoin, mais bien d’augmentations des salaires pour eux et pour une protection sociale du 21ème siècle à la hauteur des enjeux de santé publique...
Confinement, protégeons les salariés et stoppons les activités non vitales...

La Cgt se mobilise donc et porte plainte « car la vie des salarié(e)s est en danger » selon P. Martinez.

Face à l’attitude du patronat devant l’utilisation du droit de retrait des salariés qui se sentent en danger, la Cgt a porté plainte contre Carrefour, Amazon et contre la ministre du Travail Muriel Pénicaud et lance un préavis de grève jusqu’au 31 avril pour dénoncer le manque de protections sanitaires dans la fonction publique et obliger ainsi le gouvernement et les employeurs à garantir la protection de ceux qui sauvent des vies et continuent à rendre le service attendu par la population.

A ceux qui ont fait semblant d’oublier et ceux qui pensaient que servir la population représentait un "coût" cela s’appelle le service public, et surtout à ceux qui ont oublié un peu vite que ce qui "coûte un pognon de dingue" c’est le "coût du capital" et non ceux qui produisent les richesses...

La France n’est pas à l’arrêt dans cette période de confinement, sans ces millions de travailleurs (3), plus d’acheminement et de distribution de biens de première nécessité, marchandises, eau, électricité... Plus de possibilité de se nourrir, de se soigner, de se chauffer, plus d’eau et l’électricité et tant d’autres choses pourtant si nécessaire à nos vies quotidiennes…

PRENEZ SOIN DE VOUS...

(1) Article du Monde…ICI
(2) Article de la croix...
(3) 19 millions de salariés sur site, 5.2 millions de salariés en télétravail, c’est aussi 3,6 millions en chômage partiel et 1 million en arrêt de travail.