VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > Solidarité et 1ère semaine de confinement... 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Solidarité et 1ère semaine de confinement...

21 mars, par Lolo

Confinement, une première semaine de merde, vivement le Week End…
Ah bah non en fait, comme cette semaine, interdiction de sortir et on nous prépare déjà à une durée de confinement beaucoup plus longue...

L’urgence, est à la gestion de la crise sanitaire avec un grand merci à ces personnels soignants qui se dévouent pour sauver des vies...
Le bilan, les comptes ce sera après… Mais qui peut oublier ?

L’importance pour l’heure, c’est de diminuer le nombre de patients qui nécessite une hospitalisation pour insuffisance respiratoire afin de désengorger les hôpitaux de manière à sauver le plus de vies possible.

Etat de notre système de santé, combien de morts en France demain ?
Le Covid-19, touche 163 pays au total et a fait à ce jour plus de 10 000 morts...

Y a t’il une corrélation entre le graphique ci-dessus et le nombre de morts ?
En chine 3 248 sur 1 441 800 000 habitants… A Wuhan un hôpital dans un délai record de 10 jours...
En Europe : Italie 4 032, Espagne 1 044, France 450 (sur 446 000 000 européen)...
Alors que l’Allemagne en compte pour l’heure 59, La Corée 94 et le Japon 32.

Dans le même temps, l’on vit actuellement un véritable scandale quand aux manques de matériels pour les soignants et les malades (masques, blouses, kits de dépistage, lits de réanimation et respirateurs…).
Avec notamment la question des masques qui manquent de manière cruciale pour le personnel hospitalier et les soignants alors même que dans la rue les gens en porte ??? (vols, ventes sous le manteau…)...
Ruée sur le gel hydroalcoolique, sur le paracétamol, sur les conserves, les pates, la farine et le papier toilettes… Solidarité ???
Doit on rappeler que la devise de la République française est Liberté, Égalité, Fraternité…

Cette semaine " Aveux Consternants " :
l’annonce d’Agnès Buzyn dans le journal "le monde" fait l’effet d’une bombe politique en pleine crise sanitaire...
Elle raconte avoir alerté le gouvernement dès janvier sur le danger du coronavirus :
« Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation.
Le 30 janvier, j’ai averti Édouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir. Je rongeais mon frein ».
« Mascarade », elle a informé le gouvernent sur le risque de maintien des élections municipales à cause du coronavirus...
« Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. », reconnaît Agnès Buzyn

Ces aveux de l’ancienne ministre de la santé en pleine pandémie interroge l’opposition sur la responsabilité au plus au niveau du gouvernement, "Car il savait que l’épidémie allait être gravissime, et qu’il a tenté de faire comme si de rien n’était ?!".

Alors pourquoi s’il le savait depuis le 11 janvier, N’y a t’il pas eu de test massif de la population ou comme le demandait l’ensemble du corps médical face à ce que vivaient les italiens, le confinement n’a pas eu lieu plutôt ?

Responsabilité…
Macron Le 20 mars "Je félicite ceux qui avaient prévu" la pandémie "une fois qu’elle a eu lieu" une référence à peine voilée aux propos d’Agnès Buzyn, l’ancienne ministre ayant qualifié de "mascarade" le maintien des élections municipales...
Cette révélation de l’ex ministre aujourd’hui, battue à l’élection municipale Parisienne, donne le sentiment d’une rancœur personnelle…
Elle oublie cependant un peu vite qu’elle avait la plus haute responsabilité au gouvernement, celle de Ministre de la Santé des Français...

Arrêtons de culpabiliser la population car :
En attendant la responsabilité est bien là ; Celle des gouvernements successifs, serviteurs zélés de l’ultra-libéralisme et du patronat, très attaché aux profits d’une minorité et qui ont fait de la destruction de la Sécurité sociale et de la privatisation de la Santé leur cheval de bataille contre l’intérêt général.

Pourtant, les héros en blouse blanche, ont alertés, hurlés, depuis de mois sur le risque que faisait courir pour eux et pour la population une politique de rigueur budgétaire (Voir les différentes LFSS) alors même que les actionnaires et le CAC 40 se gavaient accentuant ainsi les inégalités.

En France, une mise en confinement concomitante avec une bourse qui dévisse, alors même que Trump avait préalablement fermé ses frontières aux Français.

La France est bien en guerre économique, mais pour sauver le soldat "Capital", Macron après "Ca coûte un pognon de dingue" en parlant de la protection sociale, "Quoi qu’il en coûte"... pour sauver le CAC40...

Pourtant à chaque krach boursier, la variable d’ajustement, c’est le monde salarial... Ceux qui vendent leur force de travail risque de voir arriver des vagues de licenciements, important pour les uns, et pour les autres une note conséquente socialement et financièrement.
Post confinement la facture pour l’ensemble des citoyens va être salée...

Non pas, pour sauvez des vies, mais par ce que "le coût du capital" va exploser pour sauver le patronat et les actionnaires, une facture payée par l’Etat comme en 2008, donc demain par la population française.

Or hier encore, la protection sociale en France servait d’amortisseur à la crise grâce à l’action de redistribution importante de la Sécurité sociale envers les populations les plus fragiles…
Aujourd’hui malheureusement les différentes Lois antisociales vont avoir des conséquences graves pour la population.

Et sans attendre le gouvernement vient de prendre à la demande du patronat, et oui toujours lui, de nouvelles mesures antisociales contre les salariés.
Devant le Sénat, le gouvernement a réaffirmé sa volonté de revenir dans sa loi "urgence coronavirus" sur certains acquis sociaux, comme les congés payés ou les 35 heures.
Des mesures qu’il annonce "provisoires"... Tout en refusant d’inscrire une date limite dans le texte.