VIRAGE HUMAIN

Accueil > 01 - Nos Professions > Sécurité Sociale > La politique d’allegement de cotisations impact négativement, nos salaires, (...)

La politique d’allegement de cotisations impact négativement, nos salaires, l’emploi, la santé, les conditions de travail et la protection sociale

mardi 5 décembre 2017, par Lolo

La politique d’allégements de cotisations sociales est à l’œuvre depuis vingt ans. Politique ruineuse pour les finances publiques, contribuant à tirer les salaires vers le bas, à dégrader les conditions et relations de travail avec un effets très illusoire sur l’emploi.

Par contre à l’inverse cela booste la rémunération des actionnaires et accentue durablement les inégalités...

Lancée en 1992-1993 par Edouard Balladur, la politique d’allégement des cotisations sociales a connu depuis une forte montée en charge.

De 1,9 milliard d’euros il y a vingt ans, son coût, financé à plus de 90 % par l’État, atteignait 27,6 milliards en 2012.

Pour autant, l’efficacité de cette thérapie sur l’emploi est loin d’être prouvée : le taux de chômage, qui était de 9 % en 1992, flirte avec les 10 % maintenant.

Le recul des cotisations sociales à partir de la fin des années 1980-début des années 1990 a eu en revanche une nette contrepartie : la montée, dans la valeur ajoutée (les richesses créées par le travail), de la part des dividendes versés aux actionnaires.


Pourtant on avait enregistré l’inverse dans les décennies précédentes (1950-1980) : la montée de l’État social, avait grâce à la pression de la mobilisation collective des salariés, relancé l’économie et s’était faite au détriment des actionnaires, réduisant ainsi considérablement les inégalités.


La Vidéo


L’affiche

Portfolio