VIRAGE HUMAIN

Accueil > Un Choix de Société > Plus de 12.000 manifestants en RA le 8 octobre 2015 

Version imprimable de cet article IMPRIMER

Plus de 12.000 manifestants en RA le 8 octobre 2015

8 octobre 2015, par Lolo

160 rassemblements et manifestations dans tout le pays, réunissant 100.000 personnes, "premier rendez-vous" de la rentrée qui "donne de l’espoir aux salariés".

Pour rappel le 9 avril, affichait le chiffre de plus de 300 000 manifestants à travers toute la France...

Nombre de manifestants par Département :

AIN (01) :
- Bourg en Bresse : 450

ARDECHE (07) :
- Annonay : 200
- Aubenas : 200
- Privas : 150
- Le Cheylard : 60

DROME (26) :
- Valence : 500

ISERE (38)
- Grenoble : 3.000
- Roussillon : 400

LOIRE (42) :
- Saint Etienne : 2.000
- Roanne : 500

RHONE (69) :
- Lyon : 3.500
- Villefranche : 100

SAVOIE (73) :
- Chambéry : 600
- La Léchère : 300

HAUTE SAVOIE (74)
- Annecy : 400

Soit 12.360 personnes dans les rues de la Région Rhône-Alpes pour dire STOP à l’austérité et pour dire OUI à une autre politique de protection sociale qui remet l’humain au cœur de la société.

Les Taux de grévistes dans les caisses de SECU :

13,4% de grévistes au sein des organismes de SECU au niveau national

26.6% en région Rhône-Alpes et 14% en moyenne dans le recouvrement.

24% de grévistes à l’UR RA (33% le 9 avril avec FO), 27% à la CPAM et 23% à la CAF et 18% à la CARSAT dans le Rhône, 16% au RSI, 41% à la CPAM et 33% à la CAF dans la Loire , 18% au CIRTIL, 26% à la CPAM et 22% à la CAF dans l’Ain, 20% à la CPAM et 27% à la CAF dans l’Isère, 42% à la CPAM de l’Ardèche, 20% à la CPAM de la Drôme, 24% à la CPAM et 30% à la CAF dans la Savoie, 33% à la CPAM de Haute Savoie...


Intervention de nos camarades des organismes sociaux
lors des manif du 8 oct 2015

A l’occasion des 70 ans de la Sécurité Sociale, le Président HOLLANDE y est allé d’un discours se voulant attaché à cette grande mesure sociale revendiquée et créée par le peuple.

Quelle mascarade, mais il n’est pas à une manipulation près !!!
Il refait l’histoire à la sauce capitaliste et ne parle pas de choses qui pourraient déranger l’ordre libéral établi.

Sciemment, il bafoue, ainsi, le programme du Conseil National de la Résistance en occultant les principes fondamentaux bâtissant la Sécurité Sociale.

Silence sur :
- La solidarité selon laquelle chacun reçoit selon ses besoins et contribue selon ses moyens,
- La démocratie : la gestion sera faite par les représentants des assurés élus par eux,
- Le financement.

Il omet de mentionner Ambroise CROIZAT Ministre Communiste et secrétaire fédéral CGT qui promulgua les ordonnances instituant la Sécurité Sociale. Il est important de rappeler ici, que Pierre LAROQUE fonctionnaire fut nommé directeur de la Sécurité Sociale et chargé de mettre en application les ordonnances.

Et pour continuer dans son amnésie partielle, rien n’est dit sur les citoyens, pour beaucoup d’entre eux syndiqués CGT, qui bénévolement ont permis de mettre en œuvre, sur le terrain, cette grande idée.

Il se félicite du paritarisme mis en place en 1967 qui permis l’entrée en force du MEDEF et déposséda totalement les assurés sociaux de leur sécurité sociale. Ceci accentué par la suppression des élections en 1983.

Ce pourfendeur du système social qui d’une main sur le cœur se veut le défenseur de la Sécu et de l’autre main signe les mesures qui la détruit.

Même chose sur les chaînes publics et autres journaux à la solde du capital, il est parlé de 1er « déficit » de la Sécu en 1967 sans préciser qu’il a été orchestré par l’instauration, cette même année, de la Loi de Financement de la Sécurité Sociale.

Cette loi, votée tous les ans par le Parlement, produit le déficit en imposant un objectif national de dépenses sous-évalué, ne répondant pas aux besoins de la population.

Depuis la création de la Sécurité Sociale, le patronat en collaboration avec les gouvernements successifs n’agissent que pour reprendre ce que le peuple à gagner par sa lutte tant en 1936 (Front Populaire) qu’en 1945.
Le peuple ne doit pas être dupe, la Sécurité Sociale souffre de son manque de recette et non pas de ses dépenses.

Mais là aussi, silence sur les milliards de recettes qui échappent à la Sécurité Sociale avec l’approbation pleine et entière du gouvernement :
- L’évasion fiscale c’est 1.3 milliards d’euros pour la sécu
- La fraude aux cotisations sociales c’est 20 à 25 milliards pour la sécu
- La taxation des revenus financiers au même taux que les revenus du travail c’est 84 milliards pour la Sécu.

A cela s’ajoute les exonérations de cotisations sociales, et le pacte de responsabilité qui offre 40 milliards au patronat et obère directement la Sécurité Sociale qui en sera pour effectuer 21 milliards d’économie sur les dépenses de protection sociale.

Ceci, sans aucune exigence en matière d’emploi ou de salaire. Mesures en places depuis une bonne décennie et qui n’ont pas fait preuve de résultats.

Oui, une sécurité sociale répondant pleinement à tous les aléas de la vie de la naissance à la mort est économiquement viable et les propositions de la CGT vont dans ce sens :
- Une réforme du financement de la Sécu articulée à celle de la fiscalité, en cohérence avec nos revendications du plein emploi qualifié et d’augmentation des salaires.
Pour doter la Sécu de ressources ancrées sur le travail.
- 1 % d’augmentation des salaires c’est 2.5 milliards de recettes supplémentaires pour la sécu.
- Une gestion par les intéressés eux-mêmes représentés par des Administrateurs élus.
- Une prise en charge totale des dépenses de santé pour garantir l’égal accès aux soins de toute la population
- La prise en charge totale de l’aide à l’autonomie comme une prestation de l’assurance maladie.
- Le droit de vivre dignement de sa pension de retraite.

Parce qu’il est urgent de reconquérir un système de protection sociale fondé sur les principes de solidarité, d’universalité et de démocratie sociale tout en répondant aux défis du 21° siècle, nous devons comme l’avait clamé
Ambroise CROIZAT :
"ne tolérer qu’un seul des avantages de la sécurité sociale soit mis en péril. Nous défendrons à en perdre la vie et avec la plus grande énergie cette loi humaine et de progrès".

Portfolio