VIRAGE HUMAIN

Accueil > 01 - Nos Professions > Sécurité Sociale > Année 2010-2016 : Salaires SECU - 0% pour une nouvelle année blanche ? 2017 (...)

Année 2010-2016 : Salaires SECU - 0% pour une nouvelle année blanche ? 2017 0,5% d’augmentation pour solde de tous compte

mardi 22 décembre 2015, par Lolo


Vous êtes plus 7.000 internautes à avoir consulté cet article.
Toujours plus nombreux, merci pour votre fidélité et à bientôt sur notre site.
Lolo Webmaster


Salaire 2017, une lueur d’espoir dans le vide sidéral...
0,5% d’augmentation de la valeur du point pour solde de tous compte.
Une augmentation « à somme nulle ».
Le peu qu’on nous donne ici sera retranché là bas…

Nous voila fin 2016, le 15 novembre pour être précis et phil, (l’Ucanss) se réveille et a prévenu son compagnon de galère (la CFDT) car le ministère voyant arriver à grand pas les élections est prêt à lâcher un peu de lest, un peu... faudrait pas exagérer.

Et si dans le même temps on pouvait, comme dans un mauvais trip entre amis, manger la laine sur le dos du mouton noir (La CGT) qui appelle depuis 6 ans par des mouvements du personnel à une véritable augmentation de la valeur du point, on aurait fait d’une pierre deux coups.

Alors combien, là est toute la question ? Réponse ici...le 15/11... Non, alors peut être la Réponse ici... le 15/12..., et bien encore Non, il faudra attendre le 17 janvier 2017.

1.000 excuses de l’UCANSS, rassurez vous ce ne sont pas des augmentations de salaires, mais seulement les regrets de ne pas pouvoir tenir la RPN salaire du 17 janvier 2017.

Le ministère de la santé souhaite lâcher du lest, mais Bercy refuse, donc arbitrage de Matignon, excuser du peu...

Quel mépris pour le personnel de la SECU.

Réunion prévue mardi 24 janvier, le ministère aurait il rendu son arbitrage ?

Patience, patience, 6 années blanches valent bien quelques mois, non plusieurs mois de suspense...

Voila les masques sont tombés le 24/01/2017, la proposition de l’UCANSS se résume à une revalorisation de :

La valeur du point arrêtée au 1er mai 2010 est majorée de 0,5 % au 1er mai 2017, et s’établit à compter de cette date à 7,24342 €.

Un très, très grand merci à phil et acolytes, pour leurs généreuses attributions.
Enfin une augmentation de la valeur du point attendue depuis 2010.
Ouf, on peut repartir pour 6 autres années blanches, les compteurs ayant été remis à 0.
Et 1, et 2 et 3... années sans rien ??? Pas impossible l’avenir nous le dira.

Le 7 février les fédérations CGC, CFTC et CFDT
ont signées le protocole.

2016 encore une année blanche pour les salariés de la SECU
Et une de plus...

Le 22/12 c’est le "jour de de la marmotte" Phil ne voit toujours pas l’ombre d’une augmentation.
Et cela dure depuis 2010 ou la valeur du points dans la SECU n’a pas augmentée.
Nous attendrons donc l’année prochaine avec impatience pour savoir si Phil verra enfin son ombre...

Lors de la RPN du 22 décembre 2015, le père noël’UCANSS à sorti de sa "mallette" comme dans un mauvais polar, ou les salariés sont spectateurs : 0% d’augmentation pour l’année 2016.

Circulez, rien a voir, revenez l’année prochaine pour la suite de l’épisode intitulé "Pas d’augmentation l’affaire à suivre..."


Sept 2015 : Salaires SECU - Allons nous enfin sortir des années blanches ? louper...

RPN salaire à l’UCANSS le 8 septembre 2015, l’employeur fait des propositions :

Le 8 septembre 2015 l’employeur propose une augmentation de salaire correspondant à 0.65 % du coefficient de base quelle que soit la catégorie (employés, cadres, agents de direction) avec date d’effet au 1er mai.

L’employeur accepte une augmentation salariale de 10 euros brut minimum.
Compte tenu des effets reports qui en découleront, les augmentations sur l’année à venir seront gelées.

Le protocole salaires a été signé par la CFDT, la CFTC, la CGC.


Quand les fonds des tiroirs permettent un affichage d’augmentation à coût constant.

L’employeur de la caisse nationale propose pour les salariés de la Sécurité sociale une mesure générale et collective de 0.65% du coefficient de base.

Ce qui concrètement se traduirait pour un agent :
- employé de niveau 3 aura 10.07 euros brut d’augmentation par mois,
- employé de niveau 4 aura 11.24 euros brut,
- cadre de niveau 5B cela ferait 13.35 euros brut.

Sous réserve d’un accord ces mesures prendraient effet au 1er août.

A cette royale augmentation, l’UCANSS remet en cause l’article 23 de la CCN :
- Passage de la prime de guichet de 4 à 6%, non proratisée à partir de 10 jours d’accueil.
- Attribution d’une prime de guichet pour les télé-conseillers de 4%.
- Instauration de la proratisation de la prime d’itinérance pour les agents d’accueil en deçà de 10 jours effectués.
- Extension des primes d’accueil et d’itinérance aux conseillers offre de service.

Sans possibilité de cumul entre elles.

Une réponse qui n’est pas à la hauteur de la mobilisation des salariés
le 26 mai 2015 qui revendiquaient une véritable augmentation des salaires

Voir le flash-mob en RA...

|Pour une véritable augmentation des salaires :
- Je revendique l’augmentation de 7% de la valeur du point sur l’ensemble du salaire développé (coefficient + les pts d’expérience + les pts de compétence).
- Je revendique un salaire minimum à 2.000 euros pour tous.
- Je revendique 300 euros pour tous les agents de l’institution au titre du rattrapage de la perte du pouvoir d’achat des années antérieures.
- Je revendique la transformation de la prime d’intéressement en un demi mois de salaire soumis à cotisations sociales avec un minimum de 1.000 euros.

Il y avait aussi une pétition...


En Savoir Plus...

L’INSEE dévoilait en décembre 2014, une étude sur le salaire net moyen dans le secteur public et le secteur privé.
L’étude révèle que le salaire moyen est de 2 870 euros bruts et de 2 154 euros nets de tous prélèvements à la source.
Les médias n’ont certes pas caché la baisse de 0,4% en euros constant du fait de l’inflation mais il est nécessaire de revenir sur cette étude pour mettre en lumière, comme un révélateur, l’ensemble des chiffres.

Lorsque les médias insistent sur le chiffre de salaire moyen à 2870 euros brut, le salarié regarde sa fiche de paie et il fait la grimace car en générale il est loin de trouver ce chiffre au bas de sa fiche de paie.
Et l’amertume ne disparaît pas après avoir comparé, le brut avec le brut et le net avec le net si la stupéfaction l’avait poussé à cette petite erreur.

Les chiffres sont plus en phases avec l’ensemble de ce que touche les salariés si l’on porte son attention sur le tableau de l’étude qui montre la distribution des salaires mensuels nets en 2012 en euros constant, la figure 3 de l’étude que vous pouvez lire, ici...

Les salariés français sont loin d’être correctement rémunérés

Le salaire médian* est de 1730 euros par mois en 2012.
Il y a donc 50 % des salaires qui sont inférieurs à 1730 euros.
La réalité est déjà moins rose.De plus, il faut bien faire attention aux chiffres et à la manière dont-ils sont présentés.
Par exemple, il y a quelques mois à l’occasion d’un référendum sur le salaire minimum en Suisse, les médias ont longuement parlé du niveau élevé du salaire helvétique qui est de 3 300€.

Certes un SMIC de ce niveau là peut faire pâlir un salarié français mais il faut bien comprendre qu’en Suisse ce n’est rien car la vie est très chère.

Ainsi, un salaire médian, donc pas le SMIC, en France est ridiculement bas lorsque l’ont connait le coût de la vie, loyer, alimentation, transport, énergie des postes de dépenses incontournables.

La réalité est une inégalité entre les possédants du capital.

Les miettes que l’on donnent aux salariés français sont a apprécier par rapport au coût réel de la vie mais aussi avec l’écart démesuré de la rémunération des patrons.
Le vol des patrons qu’ils organisent avec la complicité de l’Etat depuis des années a atteint des niveaux scandaleux.
Selon une étude des Echos, pas un journal de révolutionnaire, un smicard devra travailler 165 ans pour obtenir la rémunération annuelle moyenne d’un dirigeant du CAC 40, lire le tableau, ici...

L’argent il y en a dans les caisses des patrons.
Il est urgent de s’organiser afin de créer le rapport de force qui nous permette d’exiger la répartition des richesses.

*Salaire médian : Si on ordonne une distribution de salaires, de revenus, de chiffre d’affaires…, la médiane est la valeur qui partage cette distribution en deux parties égales.
Ainsi, pour une distribution de salaires, la médiane est le salaire au-dessous duquel se situent 50 % des salaires.
C’est de manière équivalente le salaire au-dessus duquel se situent 50 % des salaires.

Portfolio