VIRAGE HUMAIN

Accueil > + De Social > Dans les caisses de Sécu > Le 26 mai 2015 les salariés de la SECU en grève et devant les prefectures de (...)

Le 26 mai 2015 les salariés de la SECU en grève et devant les prefectures de région

mardi 26 mai 2015, par Lolo

En Rhône-Alpes c’est plus de 60 camarades réunis le matin devant la préfecture de région à Lyon.

Nos camarades présents ont effectués un "Flash mob" en attendant d’être reçu.

Ou

15,2% de grévistes dans les caisses de la sécurité sociale,

24% de grévistes dans la région Rhône-Alpes.

3 camarades du syndicat URA-CGT étaient présents dans la délégation représentants 27% des salariés en grève à l’URSSAF Rhône-Alpes.

L’après midi, c’est plus de 150 camarades de la région Parisienne qui se sont réunis devant le ministère à Paris.

Manif Sécu à Paris, 26 mai 2015 from Gwénaël Bidault on Vimeo.


Intervention préalable par la responsable de région


INTERVENTION PREFECTURE 26 MAI 2015

LE GOUVERNEMENT ACTUEL S’INSCRIT DANS LA CONTINUITE DE LA CASSE DE LA SECURITE SOCIALE.

Par le plan d’économie programmé dans le pacte de responsabilité qui prévoit 10 milliards d’€ d’économie sur l’assurance maladie et 1,2 milliards d’€ sur les frais de gestion des caisses de sécurité sociale, frais qui plafonnent entre 3 et 4% (bien en-dessous de ceux du secteur assurantiel).

La lettre de cadrage de Mme M. TOURAINE du 7 novembre 2014 confirme ce plan en fixant un taux RMPP (rémunération moyenne du personnel en place) historiquement bas, soit 1,65 % pour 2015 (1,95 % pour 2014 et 2015, revu à la baisse pour 2015 considérant que le taux de 2014 a été de 2,25 %).
Après entrevue entre Mme TOURAINE et les fédérations CGT et FO, la Ministre confirme la lettre de cadrage en renvoyant les OS vers l’UCANSS (organisme habilité à engager des négos salariales). L’UCANSS qui, avec un taux de RMPP à 1,95 %, annonce n’avoir aucune marge de négos.

La loi de « Modernisation du Système de Santé » ajoute au démantèlement de la sécu en renvoyant aux ARS la maîtrise des dépenses de santé relatives à la médecine dite de ville. Ainsi le cadre nationale de la Sécu dans sa branche maladie est remis en cause par les ARS qui régionaliseront les tarifs remboursés, susceptible de créer des iniquités sur le territoire.

LES SALARIES DES ORGANISMES DE SÉCURITÉ SOCIALE SONT EN GRANDES DIFFICULTÉS.

- Gel des salaires prévu pour 2015 qui fait suite à 5 ans d’absence d’augmentation de la valeur du point.

Actuellement, le salaire à l’embauche d’un agent niveau 3 (1549,59 € bruts) est supérieur de 7,21 % au SMIC (1445,38 € bruts).

Pour le même agent il était supérieur de 28,26 % au SMIC en 1994. (1175,07 équivalent € bruts contre un SMIC à 916,16 € équivalent bruts).

- Suppression de 8 000 postes programmé d’ici 2017 dans les 4 branches « Sécu » alors que déjà nous déplorons la perte de 16 000 postes depuis 10 ans.

Avec pour conséquences :
- Des conditions de travail très dégradées mettant en danger la santé des salariés.
- Des réorganisations, départementalisations, régionalisations, mutualisations incessantes, masquant la réalité du manque d’effectif pour remplir les missions.
- Des externalisations d’activités.
- Des fermetures de sites
- Pour les usagers, allocataires, assurés, cotisants, une dégradation du service rendu (retards récurrents dans le traitement des dossiers, éloignement des sites, accueil de mauvaise qualité…).

LE PERSONNEL EN GRÉVE CE 26 MAI EXIGE
- Le retrait de la lettre de cadrage salarial,
- L’augmentation immédiate de la valeur du point portant le point à 10 €
- Le salaire d’embauche à 2000 € bruts
- 300 € au titre du rattrapage de la perte du pouvoir d’achat des années antérieures.
- Le remplacement à 100 % de tous les départs, mettant un coup d’arrêt aux suppressions de postes.


Hier, 26 mai 2015, le personnel de la Sécurité Sociale (régime général) à exprimé son mécontentement quant à sa situation au travail :
- Reconnaissance du travail fourni inexistante,
- Conditions de travail dégradées...

Un grand bravo aux salariés présents aux rassemblements devant les Etablissements "UGECAM", dans les départements et devant la préfecture à Lyon.

Bravo à ceux qui ce sont prêtés au jeu du "flash mob".

Bravo aux militants toujours impliqués qui ont, ces dernières semaines, mobilisé le personnel et la population sur la volonté gouvernement/medef d’étrangler la Sécurité Sociale.

Bravo à la délégation régionale qui est intervenue de façon pertinente auprès du chef de cabinet du préfet de région.

Bravo à l’ensemble du personnel en grève pour sa détermination et sa ténacité à défendre sa rémunération et ses conditions de travail.

La responsable de région

Portfolio